Le cours des glenans

S’il y a bien un livre a avoir a bord, c’est celui-ci ! Nous, on le surnomme “La Bible”, ce qui montre bien que ce livre est precieux, et que chaque bateau devrais l’avoir a bord !

L’association “les glenans”

L’ecole de voile des glenans est la premiere ecole de voile d’Europe, rien que ca ! Elle a ete fondee il y a plus de 60 ans dans l’archipel du meme nom. Elle est reconnue comme etant la reference de l’enseignement de la voile, et compte plus de 14 000 stagiaires et moniteurs par an.

La bible

Dans cet ouvrage on parle technique de navigation, a bord d’un deriveur, d’un croiseur, d’une planche a voile, ou d’un catamaran de sport. On parle aussi meteo (je vous conseille tout particulierement ce chapire ecrit par Meteo France, il vous apportera les bases minimum pour la comprehension de la meteo marine). Le livre vous apprendra a lire une carte marine, a utiliser une regle cras, etc.

Les plus

On apprecie particulierement la couverture plastifiee et epaisse de cet ouvrage de 1312 pages. A bord, il permet de ne pas detruire le livre au premier accident aqueux ! On aime aussi les marques pages incorpores, qui permettent d’acceder a nos pages preferees en un glissement de doigt.

Les moins

Meme si on l’appelle la bible, faire jurer votre equipage dessus aura moins d’impact que sur un vrai livre religieux, dommage !

L’appendicite préventive avant le tour du monde

Si vous aussi vous preparez votre départ, viendra le moment de vous poser la question de l’appendicite. Dois-je me faire opérer de façon préventive ou non ? Quels sont les risques liés à l’ablation préventive de l’appendice ?

Des avis divergeants

La crise d’appendicite est une urgence abdominale difficile à diagnostiquer car les symptomes sont communs à beaucoup d’autres problèmes. Une crise d’appendicite non soignée peut entrainer une occlusion intestinale et dans des cas extremes la mort. Pour ces raisons l’ablation de l’appendice a été plébicité pendant nombre d’années.  Or, l’appendicite n’est pas une intervention sans risque. La question est donc de savoir quel est le plus risqué entre une ablation préventive et une crise en haute mer, ou en zone isolée.

La recherches medicale

Les recherches en la matière datent pour la plupart de plus de 15 ans et les avis médicaux ne sont pas forcément dévoués à une cause ou à une autre. En revanche,  une thèse de 2006 rédigée par F. Entine http://www.stw.fr/Download/AppendiciteEnMer.pdf, sous la proposition du Docteur Jean-Yves Chauve, traite justement des cas précis des crise d’appendice dans des lieux isolés. Divers organismes ont alors été sollicités pour répondre à un questionnaire: l’association sail-the-world, les coureurs à la voile au large, la Marine Nationnale Française, ainsi que le CCMM de Toulouse (qui traite en moyenne 2 cas d’appendicite en mer par an).

Conclusion des recherches

Il ressort de ces recherches que la probabilité de faire une crise d’appendicite en zone isolée est de 5 pour 1000 alors que le risque d’occlusion intestinale suite à l’intervention chirurgicale préventive est de l’ordre de 1.5 pour 1000. En revanche, apres une occlusion, l’intervention chirurgicale est urgente et doit avoir lieux dans les heures qui suivent, ce qui est à prendre en considération en mer. L’isolement est donc un facteur de risque majeur.

Que faire en cas d’une probable crise d’appendicite en mer ?

Les symptomes sont, comme chacun sait, une forte douleur de l’abdomen, en bas à droite.

Dans ce cas, il existe des traitements antibiotiques qui permettent de retarder les effets de la crise et d’attendre les secours: l’amoxicilline, l’acide clavulanique,  le métronidazole et le ceftriaxone. Ces medicaments sont bien connus des médecins. Quoi qu’il en soit, mieux vaut un traitement excessif qu’un traitement tardif, et il ne faut pas hésiter à joindre un medecin par téléphone ou BLU qui appliquera certainement le principe de precaution.

Organisation du projet, un samedi apres midi

Samedi dernier, nous nous sommes retrouvés vers midi une réunion de travail afin d’avancer un peu sur la recherche de financement, la communication autour de notre tour du monde et les différents partenariats.

Pour commencer la réunion dans la bonne humeur, nous avons regardé le film 6 garçons dans le vent et après le film, nous sommes passes aux choses sérieuses! La première étape a consisté à rédiger les statuts de l’association, ce qui nous permettra de gagner en crédibilité et d’ouvrir un compte en banque.

Nous avons ensuite fixé des objectifs:

– Au niveau du blog, nous allons essayer de communiquer au maximum sur les sujets qui nous sont chers: non seulement la navigation mais aussi les énergies durables et l’aide au développement, que ca soit sous la forme de dons ou de partage de connaissances.

Vous trouverez donc bientôt en ligne des articles à propos d’associations d’aide au développement ainsi que des articles sur les énergies renouvelables que l’on peut utiliser non seulement en mer, mais aussi à terre.

Nous avons prévu de commencer notre recherche de financement en contactant notre école qui pourrait se montrer intéressée à  l’idée de communiquer sur les projets de ses anciens étudiants tout en mettant en avant certaines valeurs que nous avons en communs. Dans ce but, nous avons rédigé un dossier expliquant notre projet, notre parcours ainsi que nos besoins financiers.

L’idée ayant plu aux membres de l’administration de l’école que nous avons rencontrés, nous allons donc travailler à  améliorer notre dossier afin de le présenter au directeur de l’école, ce qui nous permet aussi d’améliorer la version destinées aux autres entreprises et associations intéressées par notre tour du monde à  la voile.

Parmi nos autres projets : passer le permis hauturier qui permet de naviguer en haute mer. Le problème: nous habitons à  Londres ! Nous avons donc pris rendez-vous avez une école de navigation située à Paris et nous nous y rendrons à partir de la mi-juillet jusqu’au mois de septembre où nous passerons notre examen.

Au programme, étude des marrées, des vents et des cartes. Vous trouverez plus d’informations dans notre article sur  le permis hauturier.

Nous sommes encore en attente des dates précises pour les séances de cours et passer l’examen, pas facile d’organiser nos vacances dans ces conditions !

En effet, nous avons prévu de passer une semaine ensemble pendant laquelle nous ferons… du bateau, et oui! Nous irons donc peut-être défier les embruns de la méditerranée au large de la Corse vers le mois de septembre ou octobre.

Enfin, nous avons fait quelques recherches sur les associations humanitaires que nous pourrions contacter, en effet, nous sommes à  la recherche de partenariat (envoi de matériel, découverte de la mer, partage de connaissances dans d’autres domaines…) Si vous êtes curieux, avez des conseils, des contacts ou pensez que l’on peut se rendre mutuellement service, contactez nous: com@tour-du-monde-voile.fr

Nous avons aussi étudié nos besoins en équipement. Puisque nous cherchons à  utiliser des énergies renouvelables nous sommes intéressés par des conseils ou des entreprises susceptibles de nous aider par exemple par le biais de sponsors comme notre ami Quynh, directeur de Voyage vietnam (utilisation de panneaux solaire, d’ampoules à LED, d’éoliennes…) Si notre aventure à la voile vous intéresse, contactez nous: com@tour-du-monde-voile.fr.

Apres cette réunion de travail qui fut mine de rien très agréable, nous sommes partis jouir de la nuit londonienne, il faut bien profiter un peu de son weekend!