Saya Zamurai, de Matsumoto Hitoshi

Une des façons de découvrir le Japon depuis la France peut être d’aller au cinéma. Mais ce n’est pas toujours évident je l’admets car peu de salles passent les films japonais, et celles-ci sont souvent concentrées à Paris… Pour ceux qui ont la chance d’y habiter ou d’être à proximité, le film Saya Zamurai de Matsumoto Hitoshi passe encore dans quelques salles, et il est à ne pas manquer !

Matsumoto Hitoshi a commencé sa carrière à la télé, un peu à la manière de Kitano Takeshi, et cela se ressent dans Saya Zamuraï : le côté déjanté et un peu loufoque des sketchs de la télé japonaise est bien présent.

Pourtant, le scénario paraît plutôt sérieux : à l’époque des samouraïs, un père s’occupe de sa fille, alors que la mère vient de décéder. Suite à ce triste événement, le père a perdu l’envie de se battre et a laissé tomber son sabre. Ils croisent malencontreusement la rotue d’un clan qui le fait prisonnier. Il a 31 jours pour faire rire le fils du seigneur local, sinon il se fera exécuter…

Ce sont ces défis qui font réellement penser à la télé japonaise. Ce sont aussi eux qui constituent, avec la séquence d’entrée assez “tarantinesque”, les vrais moments d’hurmour du film. Le reste est très mélancolique et marqué par la culture japonaise et notamment le sens de l’honneur des samuraïs. Nul doute que les occidentaux qui ne sont pas familiers avec cette culture auront du mal à comprendre certaines paroles difficiles de la petite fille envers son père par exemple.

Saya Zamuraï s’avère donc être un très beau film, doux-amer et très ancré dans la culture japonaise, sans être inaccessible. Un moyen idéal donc de découvrir le cinéma japonais moderne.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *